S01_EP01 : La volonté

Y a du swag et Spinoza, la la dirla dada.

Important : Ce texte est une fiction et n’a pas pour ambition de retranscrire les personnalités ou les manières d’être des philosophes mentionnés, même si certains traits de leur caractère ou de leurs habitudes ont été grossis dans un but humoristique. Les seules choses présentées de façon réaliste, ce sont les thèses des personnages, et quelques détails sur leurs vies, expliqués à la fin dans des notes. Le reste, c’est juste parce que je trouvais ça rigolo.

Personnages :

  • SOCRATE, juge de ce débat, aime beaucoup définir des trucs
  • RENÉ DESCARTES, représentant du libre arbitre, babtou fragile et amateur de grasses matinées
  • BARUCH SPINOZA, représentant du déterminisme, polisseur de verres optiques à ses heures perdues
  • FRIEDRICH NIETZSCHE, relou de service et comic relief assumé

Continue reading

Advertisements

Je veux comprendre… LA MORALE SELON KANT feat. LE SEIGNEUR DES ANNEAUX

Salut, bande de pantophiles ! Trêve d’acagnardage, on va aborder un thème qui va vous éplapourdir.

Et oui, on parle « encore » de Kant ! Allez-y, cachez votre joie. Oui je vous juge. Sans remord. Pour la forme, on va faire un petit rappel des infos pratiques ! Emmanuel Kant (ou Manu, je le rappelle) a vécu au XVIIIe siècle (1724-1804), dans la Prusse Orientale, à Königsberg plus précisément. C’est un philosophe très influent, qui a mis en place tout un système, mais aujourd’hui on va se concentrer sur sa morale !
Il s’agit d’une morale dite déontologique, autrement dit une morale du devoir. Kant soutient que nos actions sont dictées non pas par l’intérêt (j’accepte de ne pas scalper ma voisine parce que j’ai peur d’aller en prison), mais par le devoir. Nous agissons d’une telle manière car nous le devons. Ce n’est pas la loi qui décide ce qui est moral ou non, et il arrive même que la loi juridique soit immorale selon les critères de Kant ! Voilà qui promet.

Je vous préviens direct, on va parler du Seigneur des Anneaux, l’œuvre magistrale du tout aussi génial J.R.R. Tolkien, et la trilogie fantastique du tout autant badass Peter Jackson. Ça va spoiler sévère. Si vous ne connaissez pas l’histoire, vous pouvez écouter ce jeune chanteur talentueux, qui la résume en 99 secondes. C’est gratuit, c’est cadeau. Mais sérieux… si vous n’avez pas vu les films, qu’est-ce que vous attendez ?! Arrêtez de lire cet article tout de suite et allez les voir. Allez, hop. Je ne me vexerai pas, vous savez. C’est juste une question de priorités.

Continue reading

Je veux comprendre… LA FINALITE DE L’HISTOIRE SELON KANT feat. Star Wars

(Et entre nous, c’est juste le meilleur mélange du monde. Je ne tolérerai aucune objection, sachez-le.)


Voilà, maintenant que vous êtes bien nostalgiques, on peut passer aux choses sérieuses. Ne me remerciez pas. Henri Dès, pour toujours dans nos cœurs.

Emmanuel Kant (1724-1804) est né au XVIIIe siècle à Königsberg (dans l’ancienne Prusse Orientale, qui est aujourd’hui en Russie). En plus d’être le penseur préféré de Philosopuella (nota bene : la rédaction se désolidarise complètement de toutes les déclarations d’amour gênantes que pourrait comporter cet article), c’est l’un des plus grand philosophes qui ait jamais existé. Pour vous donner une idée, Manu (ça va, on est entre nous) a tellement touché à tout que sa philosophie est très complète : de l’Art à la morale, en passant par la théorie de la connaissance et le bonheur, Manu est un vrai couteau-suisse. (De nos jours, il est rare qu’un philosophe ait un réel « système » lui permettant d’avoir un avis sur tout : les penseurs se concentrent désormais sur un sujet en particulier.) Manu est tellement influent qu’on va jusqu’à dire qu’il y a un « avant » Kant et un « après » Kant. C’est la classe ! Nous aurons sans doute l’occasion de nous pencher davantage sur le personnage et sur le reste de ses thèses, mais aujourd’hui nous allons nous intéresser à sa philosophie de l’histoire ! Celle-ci est développée dans l’Idée d’une histoire universelle d’un point de vue cosmopolitique (oui ils aimaient bien les titres à rallonge à l’époque!). Et nous allons le voir, la thèse de Kant est que la fin de l’histoire est une fin de la nature. La fin dans le sens « le but » (pensez à l’expression « arriver à ses fins »), pas comme « la fin du monde », gros malin !

Continue reading