OIDIA n°3 : Spéciale Emmanuel Kant

Vous savez combien j’aime Kant. Je ne pense pas qu’il soit utile ou nécessaire de le rappeler. Ma chambre est un véritable temple à la gloire de Manu : il y a les impératifs catégoriques écrits en gros sur ma housse de couette, des posters dédicacés accrochés aux murs, j’ai même toute une collection de poupées à son effigie, disposées juste au-dessus de l’autel où je sacrifie un mouton tous les matins en son honneur. Autant vous dire que Manu, je l’aime BIEN. (En fait, tout ceci est faux. Sauf le mouton.)
Et j’ai remarqué que nombre d’entre vous l’appréciaient également ! C’est pourquoi je me suis dit qu’il serait rigolo et intéressant de partager quelques anecdotes à son sujet. Il y en a un paquet, et largement de quoi faire une édition spéciale Manu ! Parce que figurez-vous que Kant, c’est peut-être l’un des plus grands philosophes, mais c’est aussi un homme, avec ses manies, ses bourdes, sa fraîcheur, son croquand (à lire avec l’accent de Cyril Lignac).

Continue reading

“OIDIA” n°2 : LES ÉTRANGETÉS DE L’EXTREME

On poursuit notre découverte des vies des philosophes illustres par un numéro guilleret ! Cette fois-ci, on quitte le domaine des morts ridicules pour rentrer de plein fouet dans celui des étrangetés de l’extrême. Au programme : l’ancêtre de Brigitte Bardot, un combat de boxe du troisième âge, le plus grand troll de l’Antiquité, et de vilains cauchemars. Du bonheur en barre.

Continue reading

“OIDIA” n°1 : LES MORTS COCASSES

Pour ce premier épisode des “Oups, I did it again !” j’ai voulu commencer par un truc rigolo, c’est pour ça que j’ai choisi le thème de la mort #gothique les morts les plus absurdes des philosophes. Voici donc une petite compilation qui, j’espère, vous plaira !
(Entre nous, ça décrédibilise pas mal les types qui sont morts comme ça. C’est carrément ridicule. Mais ça reste entre nous, hein.)

→ RENE DESCARTES OU : « LE SUPPLICE DE LA CHAMBRE FROIDE »
Victime d’une santé fragile, Descartes eu le loisir de profiter de nombreuses grasses matinées (quand ses camarades du collège se levaient à l’aube, René pouvait se la couler douce sous la couette ou au coin du feu. Tranquille.). Mais même le plus renommé des philosophes français doit se plier aux exigences des têtes couronnées, et Descartes n’y fait pas exception…

Continue reading