Je veux comprendre… LE DIEU DE SPINOZA feat. STAR WARS

SALUT.

J’avais oublié que vous étiez là, dites donc. Faut vous démarquer, montrez que vous êtes là, que vous existez, je ne peux pas penser à tout moi. Entre les partiels et les révisions qui vont avec, je ne sais plus où donner de la tête, et malgré toute la meilleure volonté du monde je n’ai clairement pas le temps d’organiser une thérapie de groupe pour mes lecteurs trop inhibés. Halala, heureusement que le petit maigrichon du fond a honteusement bâillé pour manifester son ennui, sinon je crois que vous seriez restés là à m’attendre jusqu’à perpette. Y aurait eu des squelettes et du moisi partout, ça aurait fait désordre. Mettez-y un peu du votre les gars. Vous êtes une équipe !

Continue reading

Je veux comprendre… L’INCONSCIENT FREUDIEN feat. Wolverine

Salut, bande d’andouilles ! (Ceci est affectueux. Je traite mes potes de crétins à longueur de journée. Vous êtes prévenus.) Comme ça commençait à faire longtemps, je sors de mon sommeil dogmatique (#private joke) pour vous pondre un petit article pas piqué des hannetons ! (Oui, j’utilise des expressions de vieilles personnes. Et alors ? Ne me jugez pas.) Non, en vrai, j’ai eu pas mal d’examens à la fac, donc révisions, relectures, séances de yoga inefficaces, nuits plutôt courtes, cocaïne, gardes à vue, fuites au Mexique, les bêtises habituelles (cette vanne va beaucoup trop loin). Peu de temps pour vous ! Je vous présente mes plus plates excuses. Mais je me rattrape ! Je vous ai préparé un sujet un peu sympa et pas trop relou. Vous voyez, je pense à vous. Quand même.

Bref ! Aujourd’hui, on va parler d’un monsieur un peu marrant mais qu’on sait pas trop si on peut rigoler franchement ou pas. Il continue de faire verser beaucoup d’encre, au point où on considère souvent qu’il y a deux types de personnes : ceux qui boivent ses paroles comme s’il avait battu la Nouvelle-Zélande en quart de finale de Coupe du Monde de rugby, et ceux qui soutiennent qu’il dit n’importe quoi. Bon, il y a aussi les petits malins qui font des blagues graveleuses un peu discutables sur l’inceste (non, pas comme dans Game of Thrones, non), mais on ne va pas en parler. Parce que nous sommes des gens sérieux et respectables. Alors accrochez-vous les bouseux (<3), aujourd’hui on va parler de Freud !

Continue reading

Je veux comprendre… LA MORALE SELON NIETZSCHE feat. DRAGON BALL Z [Introduction!]

Coucou les copinous ! Après avoir parlé de Kant et de sa fameuse morale déontologique, je me suis dit qu’il serait intéressant de poursuivre sur ce thème, mais avec un autre philosophe ! Or, il se trouve que j’avais très très envie de vous parler de Nietzsche, et… bon, ok : en fait j’ai écrit un exposé sur la morale Nietzschéenne qui ne m’a pas servi en L1 (j’étais tellement vénère olala vous auriez vu ça), du coup vous m’offrez l’occasion de le réutiliser ici. Comme quoi, ma nuit blanche de travail acharné n’aura pas été vaine. Vous me réchauffez le cœur, les amis. Merci. ❤
Petite précision ! J’ai beau avoir bouffé du Nietzsche pendant tout un semestre (plus jamais ça BORDEL #suicide #nausée #jenpeuxplusdumoustachuhelpme), ma connaissance du bonhomme reste limitée. Or, il se trouve que j’ai un copain à la fac qui adooooore Friedrich (oui, mon ami a un problème), qui est bien plus calé sur le sujet que moi, et qui a accepté d’écrire un article pour vous l’expliquer plus dans le détail (il  a des goûts bizarres mais il est sympa héhé) ! Le billet devrait paraître d’ici quelques temps. Prenez celui-là comme un avant-goût de ce qui vous attend ! (NON. FUYEZ PAUVRES FOUS.)

Friedrich Nietzsche, donc ! En plus d’être l’un des moustachus les plus célèbres avec Chaplin, Magnum et Brassens, le bonhomme est un philosophe, philologue et poète allemand du XIXe siècle. Il est aussi réputé pour avoir beaucoup trop de consonnes dans son nom. Continue reading

Je veux comprendre… LA MORALE SELON KANT feat. LE SEIGNEUR DES ANNEAUX

Salut, bande de pantophiles ! Trêve d’acagnardage, on va aborder un thème qui va vous éplapourdir.

Et oui, on parle « encore » de Kant ! Allez-y, cachez votre joie. Oui je vous juge. Sans remord. Pour la forme, on va faire un petit rappel des infos pratiques ! Emmanuel Kant (ou Manu, je le rappelle) a vécu au XVIIIe siècle (1724-1804), dans la Prusse Orientale, à Königsberg plus précisément. C’est un philosophe très influent, qui a mis en place tout un système, mais aujourd’hui on va se concentrer sur sa morale !
Il s’agit d’une morale dite déontologique, autrement dit une morale du devoir. Kant soutient que nos actions sont dictées non pas par l’intérêt (j’accepte de ne pas scalper ma voisine parce que j’ai peur d’aller en prison), mais par le devoir. Nous agissons d’une telle manière car nous le devons. Ce n’est pas la loi qui décide ce qui est moral ou non, et il arrive même que la loi juridique soit immorale selon les critères de Kant ! Voilà qui promet.

Je vous préviens direct, on va parler du Seigneur des Anneaux, l’œuvre magistrale du tout aussi génial J.R.R. Tolkien, et la trilogie fantastique du tout autant badass Peter Jackson. Ça va spoiler sévère. Si vous ne connaissez pas l’histoire, vous pouvez écouter ce jeune chanteur talentueux, qui la résume en 99 secondes. C’est gratuit, c’est cadeau. Mais sérieux… si vous n’avez pas vu les films, qu’est-ce que vous attendez ?! Arrêtez de lire cet article tout de suite et allez les voir. Allez, hop. Je ne me vexerai pas, vous savez. C’est juste une question de priorités.

Continue reading

Je veux comprendre… LA FINALITE DE L’HISTOIRE SELON KANT feat. Star Wars

(Et entre nous, c’est juste le meilleur mélange du monde. Je ne tolérerai aucune objection, sachez-le.)


Voilà, maintenant que vous êtes bien nostalgiques, on peut passer aux choses sérieuses. Ne me remerciez pas. Henri Dès, pour toujours dans nos cœurs.

Emmanuel Kant (1724-1804) est né au XVIIIe siècle à Königsberg (dans l’ancienne Prusse Orientale, qui est aujourd’hui en Russie). En plus d’être le penseur préféré de Philosopuella (nota bene : la rédaction se désolidarise complètement de toutes les déclarations d’amour gênantes que pourrait comporter cet article), c’est l’un des plus grand philosophes qui ait jamais existé. Pour vous donner une idée, Manu (ça va, on est entre nous) a tellement touché à tout que sa philosophie est très complète : de l’Art à la morale, en passant par la théorie de la connaissance et le bonheur, Manu est un vrai couteau-suisse. (De nos jours, il est rare qu’un philosophe ait un réel « système » lui permettant d’avoir un avis sur tout : les penseurs se concentrent désormais sur un sujet en particulier.) Manu est tellement influent qu’on va jusqu’à dire qu’il y a un « avant » Kant et un « après » Kant. C’est la classe ! Nous aurons sans doute l’occasion de nous pencher davantage sur le personnage et sur le reste de ses thèses, mais aujourd’hui nous allons nous intéresser à sa philosophie de l’histoire ! Celle-ci est développée dans l’Idée d’une histoire universelle d’un point de vue cosmopolitique (oui ils aimaient bien les titres à rallonge à l’époque!). Et nous allons le voir, la thèse de Kant est que la fin de l’histoire est une fin de la nature. La fin dans le sens « le but » (pensez à l’expression « arriver à ses fins »), pas comme « la fin du monde », gros malin !

Continue reading

Je veux comprendre… LE CONTRAT SOCIAL DE HOBBES feat. Hunger Games

Salut petits paltoquets ! Aujourd’hui, on va s’enjailler avec un vieux monsieur qui peut pourtant paraître un peu rasoir à première vue. Peu me chaut de savoir si cette idée vous comble de bonheur ou non, moi je vous le dis : Hobbes est dans le game, et on ne peut pas passer à côté. Malgré ses positions pour le moins… radicales, l’intelligence du bonhomme est telle que l’on ne peut qu’admirer la rigueur de son raisonnement et de son argumentation. Et puis citer du Hobbes dans un dîner au moment où tout le monde critique les politiciens véreux et refont le monde avec des « et si… » pleins d’amertume, c’est toujours la classe. Lisez cet article et votre vie sociale vous remerciera pour ça, vous verrez.

C’est tout bon mes cocos ? Alors on passe à l’intro !

Thomas Hobbes (1588-1679) est un philosophe anglais ayant vécu au XVIIe siècle, pendant la guerre civile qui a secouée l’Angleterre. Cet élément contextuel est important pour la suite, alors gardez-le dans un coin de votre tête !

Continue reading

Je veux comprendre… L’EPICURISME D’EPICURE feat. Baloo

Note : l’Épicurisme est un courant philosophique qui a rassemblé une multitude de penseurs, comme Lucrèce, pour n’en citer qu’un. Toutefois pour cet article, j’ai choisi de me concentrer sur son créateur, Épicure lui-même. Enjoy !


« Salut bande de rodomonts ne manquant pas de sémillance ! Aujourd’hui, nous allons parler d’Épicure !
– Oh non, j’ai horreur des aiguilles ! »

D’Épicure… des piqûres… pardon.

L’Épicurisme tient son nom de son créateur, Épicure (341-270 AV. J.-C). Épicure a vécu à une époque où la philosophie grecque était déjà à son apogée, puisqu’il est arrivé après Platon et Aristote. Mais ce n’est pas pour autant que le jeunot arrive après la bataille !
La philosophie Épicurienne est axée sur l’idée que la paix de l’esprit et la tranquillité sont le but de l’existence et composent le bonheur. Il nomme cela « ataraxie » (du grec αταραξία / ataraxia, qui signifie « absence de trouble »).
Il faut savoir que l’Épicurisme est la toute première philosophie hédoniste ! Et l’hédonisme, c’est considérer que le plaisir est le but de l’existence. Toutefois, cet hédonisme épicurien reste très modéré. On va voir pourquoi !

L’Épicurisme considère que la philosophie est un moyen de mieux vivre, à tel point qu’Épicure la compare à un remède. Ce courant de pensée a pour objectif de dissiper les « terreurs de l’esprit » : la peur des dieux, de la mort, de la douleur… en gros, rejeter tout ce qui nous cause du soucis !

La philosophie Épicurienne que nous allons découvrir dans cet article est en grande partie dictée dans une lettre d’Épicure, la Lettre à Ménécée.
C’est bon, vous êtes prêts ? C’est parti !

Continue reading